EnglishEspañolFrançaisРоссияDanskSvenskaDeutschItaliano

Aout e Newsletter

 

Bienvenue

Bienvenue dans le bulletin d’information électronique SCSTG d’août 2017. Pendant la saison des salons, SCSTG s’est employé à promouvoir l’Écosse comme destination touristique propice à la chasse et à la pêche, au « Elmia Game Fair » à Jönköping, en Suède, au mois de mai, au « GWCT Scottish Fair » à Scone, à « The Game Fair » à Hatfield House en juillet et au « Moy Highland Fieldsports Fair » au début du mois d’août.

Début octobre, nous accueillerons un groupe de journalistes européens qui séjournera dans certains des meilleurs logements d’Écosse, tout en profitant de spectaculaires activités de chasse et de pêche écossaises.

Cordialement,

Andrew et Louise

Scottish Country Sports Tourism Group

Tél : 01350723226

Courriel : andrew.grainger@cstgscotland.com

Dates 2017/2018 pour votre calendrier

21 octobre 2017 : vente aux enchères de la BASC Scotland, The House of Bruar, par Blair Atholl

2 décembre 2017 : BASC Scotland Ladies’ Driven Day, Lochearnhead

13 janvier 2018 : BASC Scotland Young Shots Driven Day, Lochearnhead

29 juin – 1er juillet 2018 : GWCT Scottish Fair, Scone Palace

27 – 29 juillet 2018 : The Game Fair, Ragley Hall, Warwickshire

 

Marketing et promotion du SCSTG grâce au VisitScotland Growth Fund

Comme indiqué dans la stratégie du SCSTG, une campagne sur les médias sociaux visant la France, l’Allemagne et la Suède a eu lieu tout l’été. En partie financée par le VisitScotland Growth Fund, cette campagne a rencontré un vif succès grâce à des publications traduites. Le site Web a enregistré une forte hausse du nombre de visiteurs depuis les pays ciblés.

Outre la promotion de l’Écosse comme destination touristique pour la chasse et la pêche auprès des visiteurs du stand, la participation au salon suédois et aux grands salons britanniques s’est soldée par l’inscription de plus de 200 abonnés supplémentaires au bulletin d’information électronique.

Saumon rose à bosse

Un certain nombre de saumons roses à bosse ont été pêchés dans les rivières écossaises cet été. Fisheries Management Scotland a publié des recommandations pour faciliter l’identification de ce poisson et expliquer la démarche à suivre si vous en pêchez un. Pour les toutes dernières informations et des conseils, visitez le site Web de Fisheries Management ScotLand sur www.fms.scot.

 Grouse – premiers rapports

Les domaines des Highlands sont de plus en plus pessimistes quant à la possibilité d’une quelconque chasse dans certains secteurs (il restait auparavant l’espoir de nichées tardives plus avant dans la saison). Certains rapports indiquent une grande proportion de vieux oiseaux, synonyme d’une mauvaise saison de reproduction. Un domaine de Deeside résiste à la tendance en organisant des journées de battues, mais il y aura toujours des exceptions pour des raisons locales. Des rapports font état de prises raisonnables dans le Perthshire et les Lammermuirs.

État du marché – août 2017

En 2017, le marché immobilier s’est avéré assez solide, en dépit de toute l’incertitude politique. L’Écosse reste l’une des rares régions d’Europe où de vastes étendues de terres sauvages peuvent être acquises pour la chasse et la pêche ou la conservation. Ces opportunités sont particulièrement appréciées des acheteurs d’Europe continentale et les domaines se vendent toujours facilement, à la fois sur le marché libre et en privé, quoique le nombre de ventes annuelles soit faible. Typiquement, 15 à 20 domaines sont vendus chaque année, dont certains de nature purement résidentielle. Il n’y a généralement plus qu’un seul ou peut-être deux domaines avec des grouses disponibles pour les battues, et peut-être trois à cinq seulement pour une approche aux cerfs de qualité. En 2016, le prix de vente était en moyenne de 3,4 millions de livres et la surface de 1 800 hectares.

Il est trop tôt pour se faire une idée précise de l’impact du « Brexit », mais tant qu’il n’y a pas d’autre krach financier, nous estimons que l’état actuel du marché devrait se maintenir dans un avenir proche. La faiblesse de la livre a certainement motivé les acheteurs étrangers. Le paiement de primes élevées, qui était une caractéristique du marché avant 2008, est désormais moins courant, mais toujours possible pour les propriétés exceptionnelles ou dans le cas d’un acheteur spécial. Il est par ailleurs vrai que les propriétés côtières ou au bord de l’eau s’accompagnent souvent d’une prime. Certaines primes sur les ventes récentes de propriétés côtières ont atteint 35 % du prix demandé. En 2016, les primes étaient en moyenne de 5 % du prix demandé (allant de 20 % en dessous à 40 % au-dessus).

Le marché des ventes immobilières était plus actif en 2016 que pendant toute la décennie précédente, avec 24 propriétés vendues. De plus en plus d’acheteurs, en particulier étrangers, ont investi le marché en profitant des taux de change plus favorables. Jusqu’ici en 2017, on observe une baisse des ventes sur le marché libre, mais un certain nombre de domaines sont disponibles en privé. Les préoccupations actuelles liées aux propositions de réforme foncière du gouvernement écossais, les rumeurs relatives à un deuxième référendum sur l’indépendance écossaise et le Brexit ont dans une certaine mesure affaibli le marché, mais pour chaque acheteur perdu, il semble y en avoir d’autres visiblement moins troublés par ces perspectives.

Anna Henderson, équipe d’achat de propriétés de luxe, Galbraith

Appel direct : 0131 240 6988 ; mobile 07342 053318

Courriel anna.henderson@galbraithgroup.com

 

Mise à jour relative aux taxes sur la chasse

Ceux qui ont suivi la réintroduction des taxes professionnelles sur la chasse et les forêts de cerfs par le biais du Land Reform Act (Écosse) de 2016 savent qu’elle ne s’est pas faite en douceur et qu’elle a suscité beaucoup d’incertitude. Afin de couvrir les coûts annoncés, certains domaines ont décidé d’augmenter les prix en 2017. D’autres attendent de voir à quoi vont ressembler leurs taxes. La majorité des avis d’imposition sont attendus avant fin septembre. Il y aura ensuite un délai de 6 mois à compter de la date de l’avis pour faire appel de l’estimation. Les inspecteurs s’attendent à ce qu’une grande partie des évaluations fassent l’objet d’un appel, dans la mesure où la procédure n’a pas été claire et que les inspecteurs ont manqué de temps et d’éléments pour estimer correctement les droits de chasse. Les conséquences de cette réintroduction et la manière dont le secteur va réagir restent une source de préoccupation.

Le poney primé de Glen Prosen

Félicitations de la part de tout le SCSTG au Glen Prosen Estate, lauréat du Fred Taylor Memorial Trophy 2017 au GWCT Scottish Game Fair, qui s’est tenu au palais de Scone en juillet. Le trophée du poney de trait le plus élégant a été remporté par le guide de chasse Eric Starke et sa belle jument de cinq ans, Mia. Eric et Mia travaillent ensemble au Glen Prosen Estate dans les Angus Glens, et font vivre

la tradition des domaines de chasse écossais, où les poneys Highland sont utilisés pour transporter les cerfs et les grouses depuis les collines. La compétition annuelle sensibilise à la tradition des poneys de trait dans les collines et récompense les palefreniers pour les efforts qu’ils déploient afin de présenter des poneys d’une allure irréprochable.

K. Dickson, membre du conseil d’administration du SCSTG

 

Gestion forestière et chasse – l’exemple écossais

Il est très rare qu’une journée de chasse ou d’approche ne soit pas influencée par les arbres et les bois.

Se tenir en décembre au milieu des feuilles mortes dans un bois du Perthsire et scruter entre les branches nues d’un chêne somptueux le ciel d’un bleu glacial et limpide, dans l’attente que ce premier faisan survole la cime des arbres ; ou peut-être attendre patiemment à l’aube d’une matinée de juin qu’un chevreuil surgisse en courant dans une plantation d’épinettes au cœur des Marches écossaises, avec pour seule compagnie le son du vent dans les arbres ; ou l’éclair marron au moment où une bécasse de janvier s’élève d’un lit de fougères au milieu des boulots argentés d’un bois de l’Argyll ; ou encore un mirador cerné de longs pins sylvestres dans l’Aberdeenshire et le brame d’un cerf élaphe qui se répercute à travers les arbres ; voilà autant de visions et de sons dont bon nombre d’heureux chasseurs sont gratifiés chaque année.

Mais ces arbres et ces bois ne sont pas apparus par magie, ils sont l’œuvre de générations de propriétaires et de forestiers éclairés, qui ont créé et géré ces arbres et ces forêts, non seulement pour la chasse, mais aussi pour le bois de construction, les paysages et la conservation.

Grâce à des excursions régulières sur le terrain, des visites et des discussions, ainsi qu’à leur célèbre foresterie écossaise, les organisations telles que l’association caritative The Royal Scottish Forestry Society (fondée en 1854, probablement la plus ancienne société forestière anglophone du monde, avec des membres parmi tous ceux qui aiment les arbres et s’impliquent dans la gestion des forêts) jouent un rôle crucial dans la création et la gestion des bois du futur.

Pour en savoir plus sur la procédure d’adhésion ou pour de plus amples informations sur la société, rendez-vous sur www.rsfs.org ou appelez le directeur au 0131 634 0043.

Simon MacGillivray

Shoot in Scotland 2017/18

 

 

Version électronique disponible sur http://bit.ly/2slMAkK

N’oubliez pas de consulter nos dernières

OFFRES DE CHASSE

sur notre site Web

www.countrysportscotland.com

Comments on this post

    Got something to say? Leave a comment